Marie-Éve Bonenfant
Les escaliers publics en fer de la ville de Québec
Entre fonctionnalité et représentation 1880-1900
Jusqu’au dernier quart du xixe siècle, les escaliers publics de la ville de Québec constituent de simples liens fonctionnels nécessaires pour relier la Basse et la Haute-Ville entre elles. Toutefois, le remplacement par des structures en fer et en fonte des escaliers Lépine, du Faubourg, Casse-Cou et Charles-Baillairgé dans les années 1880 et 1890 amène, par contraste, une nouvelle dimension symbolique particulièrement intéressante pour l’histoire de l’art. Reconstruits selon les plans de l’architecte et ingénieur Charles Baillairgé, ces escaliers s’inscrivent dans une véritable esthétique urbaine de la fin du xixe siècle; ils doivent être compris à la fois comme un moyen privilégié pour la représentation et la légitimation des élus dans l’espace public et comme une manifestation éloquente de la modernisation de la ville de Québec.

Hors collection
Mémoires, thèses et autres travaux publiés par des étudiants du CELAT
Publié par Les éditions du Septentrion
2-89448-455-0, 2005
152 pages