Luc Noppen et Lucie K. Morisset
La présence anglicane à Québec
Holy Trinity Cathedral (1796-1996)
Québec, ville du patrimoine mondial, se découvre de nouveaux trésors. En marge de la  » présence française  » qui a fait son renom, la capitale qu’avait fondée Champlain expose désormais avec fierté les héritages qu’elle a reçus depuis la Conquête de 1760. Québec n’est-elle pas devenue, à la suite de l’Indépendance américaine, la capitale de l’Amérique du Nord britannique ?

Parmi ces architectures qui ont forgé le paysage du Vieux-Québec, la Holy Trinity Cathedral, depuis peu classée monument historique, occupe une place unique. Conçue en 1800, elle est la plus ancienne église qu’ait conservée la ville de Québec. La cathédrale anglicane, comme plusieurs la nomment, est aussi, et surtout, un jalon éloquent de l’histoire de l’architecture au Canada. Intentionnellement conçue dans l’objectif d’étayer l’installation de la Couronne britannique en Amérique du Nord, elle révèle de surcroît les particularités et les transformations de l’espace socio-culturel des Canadiens qui ont façonné ce pays.

Cet ouvrage, illustré de plus de 200 images – documents d’archives et photographies – retrace l’aventure de l’édifice et de ses fondateurs, en transparence de l’œuvre d’architecture, de ses modèles et de ses réseaux d’influence. De fait, en aval et en amont de son histoire, la cathédrale dévoile aussi les mémoires du pays qu’elle a vu construire.

Chercheurs au Centre d’études sur les lettres, les arts et les traditions des francophones en Amérique du Nord (CELAT) de l’Université Laval, à Québec, les auteurs, Luc Noppen et Lucie K. Morisset, sont historiens de l’architecture. Ils ont signé plusieurs travaux sur l’architecture au Québec.

Hors collection
Autres ouvrages publiés par des chercheurs du CELAT
Publié aux Éditions du Septentrion
ISBN 2-89448-041-5, 1995
Non disponible au CELAT