Simon Harel
Espaces en perdition
Tome 2
Humanités jetables
« Nous sommes en guerre ! ». Il faut en finir avec les discours vides et le dire : habiter un lieu ne nous définit plus comme sujet, le nomadisme est une position intellectuelle et le mondialisme n’est rien d’autre qu’une thèse sociologique. Simon Harel pose ainsi l’enjeu d’Espaces en perdition 2. Après avoir analysé dans le premier tome les lieux précaires de la vie quotidienne, étudié les conjectures variables de nouvelles inventions du quotidien, montré la cruauté des lieux en littérature et dans l’Histoire
contemporaine, la cruauté de la culture elle-même, l’essayiste ne peut que l’affirmer : « nous sommes en guerre ! ». Est-il question de paix en Afghanistan ? C’est au prix d’une violence, d’un oxymore qui est la marque du contemporain : les espaces sont « violement pacifiés ». Aux lieux précaires correspond à présent une humanité jetable, tandis que les conduites guerrières prolifèrent (regard-sniper, caméra-sniper, etc.). Mais s’il est temps de prendre position, évitons le catastrophisme autant que le moralisme vertueux ; nous n’avons pas à choisir entre la figure du tireur d’élite et celle du « médecin sans frontières ». Simon Harel, en position de braconnier, fait flèche de tout bois : seule la prise de parole est en mesure de traduire la violence du monde actuel, elle nous engage à abandonner une idéologie de la neutralité, la forme mièvre de lendemains qui chantent la panacée de la diversité culturelle, cet alibi commode du néo-libéralisme triomphant. L’essayiste visite les lieux précaires des hôtels réels (Westin Bonaventure Hotel de Los Angeles) ou fictifs (chez Naipaul), part au Mexique avec Artaud, en Russie avec Tchekhov, en Asie avec Volodine… Il revient à Montréal aussi, avec le projet de Casino de Loto-Québec et du Cirque du Soleil, dont il perçoit la violence faite aux lieux (le Bassin Peel) et aux humains (jetables). Tout pour refuser la déréalisation du monde. Car, finalement, Simon Harel part en guerre contre les pouvoirs institués du langage.

Professeur au Département d’études littéraires de l’UQAM, Simon Harel dirige à l’UQAM le
Centre interuniversitaire d’études sur les lettres, les arts et les traditions (CELAT). Chercheur et
auteur prolifique, il a ouvert et développé un domaine de recherche inexploré sur les écritures
migrantes, particulièrement en contexte minoritaire. L’oeuvre de Simon Harel se situe aux
frontières des études littéraires et des études culturelles. S’intéressant aux différentes formes
du récit, ses travaux traitent des représentations limitrophes de l’altérité, des phénomènes
d’exclusion et de problématiques interculturelles. Simon Harel a publié, en à peine vingt ans
de carrière, plus d’une vingtaine d’ouvrages ; parmi les plus récents, signalons Braconnages
identitaires, Un Québec palimpseste (2006), Les passages obligés de l’écriture migrante (2005)
et Un boîtier d’écriture. Les lieux dits de Michel Leiris (2002).

Hors collection
Autres ouvrages publiés par des chercheurs du CELAT
LES PRESSES DE L’UNIVERSITÉ LAVAL
ISBN 978-2-7637-8833-3
2009, 301 pages