No 15

Françoise-Laure Burlet
Un rêve aristocratique en Nouvelle-France
La demeure de Charles Aubert de La Chesnaye
Entre 1659 et 1680, rue du Sault-au-Matelot, dans la ville basse de Québec, un riche marchand du nom de Charles Aubert construit une imposante demeure. Ce grand édifice de pierre – maison de maître ou hôtel particulier ? – ne nous a légué que peu de vestiges, fors ses caves voûtées, son emplacement et quelques devis de construction conservés en archives.

En revanche, le personnage qui fit construire ces lieux, sous le nom devenu plus prestigieux de Charles Aubert de La Chesnaye, constitue une figure notoire du XVIIe siècle en Nouvelle-France. C’est lui, en outre, qui permettra d’évoquer un milieu fertile en adaptations architecturales et sociologiques diverses.

Cette étude fait ainsi revivre la personne du maître des lieux – cette figure marquante des débuts de la colonie – mais située dans la perspective de son installation  » en ville « , à la faveur d’un projet qu’animait sans doute l’esprit de l’époque et que l’on peut deviner être  » le rêve aristocratique « .

Après des études supérieures en lettres, Françoise-Laure Burlet obtient une maîtrise en architecture à l’Université Laval. C’est à la faveur d’une recherche sur l’architecture en Nouvelle-France qu’elle dépose sa thèse qui sera à l’origine du présent ouvrage.

Publié aux Éditions du Septentrion
ISBN 2-89448-054-7, 1996
126 pages, 20 $