No 25

Andreas Motsch
Lafitau
et l’émergence du discours
ethnographique
Notre identité et la conscience de la différence naissent dans la rencontre avec autrui. Le contact avec l’autre pose de manière radicale la question « Qui sommes-nous en tant qu’individus et société? » Selon l’hypothèse développée dans ce livre, l’ethnographie et l’anthropologie sont à la fois le lieu et l’instrument privilégiés de cette réflexion sur l’homme et sa culture, le différend et l’identitaire, le singulier et l’universel.

Dans le contexte historique du contact entre Européens et autochtones en Nouvelle-France, l’ethnographie s’est en effet instituée comme discours rationnel sur l’altérité. À ce titre, le livre du jésuite Joseph-François Lafitau (1681-1746), intitulé Moeurs des Sauvages américains comparées aux moeurs des premiers temps (1724), est un texte exemplaire, car il est le texte fondateur de ce discours.

Recourant à l’histoire des idées, à l’histoire politique et coloniale et à l’analyse de discours, Lafitau et l’émergence du discours ethnographique retrace les idées qui ont formé la pensée occidentale et déterminé notre rapport à l’autre. En présentant la cartographie conceptuelle du discours ethnographique, il offre au lecteur intéressé comme au spécialiste un point de départ pour la réflexion contemporaine sur le discours ethnographique et l’altérité.

Andreas Motsch détient un doctorat en littérature comparée et est professeur au Département d’études françaises à l’Université de Toronto. Ses recherches portent sur la théorie et l’épistémologie de la littérature, et sur les études culturelles. Il travaille plus particulièrement sur la littérature de contact et la problématique de l’altérité dans le contexte historique et philosophique de la modernité.

LES ÉDITIONS DU SEPTENTRION EN COLLABORATION AVEC LE CELAT ET EN COÉDITION AVEC LES PRESSES DE L’UNIVERSITÉ DE PARIS-SORBONNE

Publié aux Éditions du Septentrion
ISBN 2-89448-184-5
2001, 295 pages, 34,95$
ÉPUISÉ