No 21

Sous la direction de
Guy Mercier et Jacques Bethemont
La ville en quête de nature
La nature est depuis toujours un matériau urbain. Déjà, l’antique Babylone cultivait l’art du jardin, et New York, au siècle dernier, souda son destin à celui de Central Park. Aujourd’hui, il paraît impossible, en Occident du moins, de concevoir l’urbanisme et l’urbanisation sans la construction de parcs, de squares et de jardins.

Si l’usage urbain du matériau naturel n’est pas une nouveauté, l’urbanisme contemporain appuie cependant cette pratique d’un intérêt renouvelé. Au point où la présence de la nature en ville semble être devenue l’emblème de la qualité de vie des citadins et la condition de la survie des êtres humains. C’est désormais la nature qui déterminerait les conditions d’existence de la ville et de ses habitants.

À l’heure où se manifeste une volonté de renaturation de la ville, il convient de s’interroger sur les raisons de cette opération. Le présent ouvrage ne prétend pas apporter une réponse complète à cette vaste question. Il offre cependant une série de réflexions et d’analyses qui explorent et expliquent les fondements historiques et culturels de la volonté de l’urbanisme contemporain de conjuguer, sous un nouveau mode, la ville et la nature.

Guy Mercier est professeur au département de géographie et chercheur au Centre d’études interdisciplinaires sur les lettres, les arts et les traditions de l’Université Laval, à Québec. Jacques Bethemont est professeur émérite de géographie à l’Université Jean Monnet, à Saint-Étienne.

Les auteurs sont Vincent Berdoulay, Augustin Berque, Jacques Bethemont, Philip Booth, Annick Germain, Daniel Le Couédic, Guy Mercier, Franco Migliorini, Lucie K. Morisset, Luc Noppen, Jean Pelletier, Philippe Poullaouec-Gonidec, Gilles Ritchot, François Tomas, André Vant.

Publié aux Éditions du Septentrion
ISBN 2-89448-115-2, 1998
256 pages, 25 $