No 20

Gaëtan Desmarais
Dynamique du sens
Autour des thèses sémiotiques de Jean Petitot
Dans la perspective ouverte par les avancées fondamentales de René Thom, concernant l’usage de la théorie mathématique des singularités et des bifurcations dans l’analyse des formes naturelles et des structures de signification, les modèles dynamiques de l’organisation morphologique que développe Jean Petitot depuis plus de vingt ans ont réussi à conférer un statut scientifique aux concepts de forme et de sens, que ce soit dans les domaines physiques, biologiques, neuro-cognitifs ou sémio-linguistiques. Ces modèles ont permis d’effectuer un déplacement épistémologique qui a comblé des hiatus naguère jugés insurmontables entre les sciences naturelles et les sciences de l’esprit. Les formes concrètes du monde sensible, perceptibles et linguistiquement descriptibles, apparaissent désormais comme des structures qualitatives intrinsèquement signifiantes et qui émergent dynamiquement de leurs substrats matériels sous-jacents.

Le présent ouvrage se veut une introduction aux thèses morphodynamiques mises au point par Jean Petitot dans le champ de la sémiotique du monde naturel. Il rassemble les exposés que Gaëtan Desmarais a présentés au séminaire interdisciplinaire d’épistémologie Dynamique du sens et cognition spatiale, parrainé par le CELAT à l’Université Laval. L’auteur traite du problème de l’émergence des formes signifiantes sous divers aspects : la portée et la signification épistémologiques des modèles morphodynamiques pour les théories structurales en sciences humaines; les possibilités théoriques qu’offrent ces modèles pour la schématisation des structures sémio-narratives; les procédures méthodologiques efficaces qu’ils permettent d’élaborer pour décrire les catégorisations spatiales et les investissements de sens.

Gaëtan Desmarais est docteur en aménagement de l’Université de Montréal. Il est aussi titulaire d’un doctorat en sciences du langage de l’École des hautes études en sciences sociales de Paris. Longtemps membre de l’Équipe d’épistémologie des modèles de l’EHESS, il est actuellement chercheur au CELAT et professeur associé au Département de géographie de l’Université Laval. Auteur de plusieurs articles en géographie structurale et en sémiotique, il a publié La Morphogenèse de Paris, des origines à la Révolution, aux Éditions de L’Harmattan et du CELAT (1995).

Publié aux Éditions du Septentrion
ISBN 2-89448-074-1, 1998
131 pages, 18 $