No 4


Sous la direction de
Marie Carani
De l’histoire de l’art
à la sémiotique visuelle
Née dans la foulée des recherches développées au sein des sciences linguistiques et humaines depuis le tournant des années soixante, la sémiotique visuelle a maintenant près de trente ans. De Meyer Schapiro à Fernande Saint-Martin, en passant par Umberto Eco, le Groupe µ et Jean-Marie Floch, différentes orientations structuralistes et systémiques l’ont traversée, différents courants ont nourri son interprétation de l’objet artistique. Pourtant, ces efforts de systématicité et de symbolisation ont été assez peu documentés et discutés dans leur fonctionnement et leur processus de modélisation même.

Pour le théoricien de l’art en particulier, la méthodologie sémiotique représente aujourd’hui une occasion unique de pousser plus loin les catégories stylistiques générales qui ont été associées traditionnellement à la discipline de l’histoire de l’art. En montrant la diversité des points de vue, des modèles employés, des démarches opératoires et des analyses dans différents médias, cet ouvrage collectif explore les structures du langage visuel, ses principes constitutifs, ses concepts et procédures de modélisation du sens comme des lieux précis de la production de la signification. Ce recueil permet ainsi de mieux saisir le comment et le pourquoi du passage de la frontière qui est envisagé actuellement de l’histoire de l’art vers la sémiotique visuelle.

Sous la direction de Marie Carani, les auteurs sont Hélène Aubry, Claude-Maurice Gagnon, Louis Gagnon, Olga Hazan, Monique Langlois, Danielle Meunier, Fernande Saint-Martin, Francine Paul, Manon Regimbald, Göran Sonesson, Jean Tourangeau, Lisette Vallée et le Collectif GRESAC.

Publié aux éditions du Septentrion
ISBN 2-921114-77-1, 1992
434 pages, 30,00 $
ÉPUISÉ