No 16

Sous la direction de
Florence Piron et Daniel Arsenault
Constructions sociales du temps
Les conceptualisations du temps qui se sont succédé en physique depuis les travaux de Newton montrent clairement, en raison même de leur existence et de leurs différences, qu’il n’existe pas de temps naturel, unique, expérimenté de la même façon par tous les humains. L’idée de pluralité des temps, notamment des temps sociaux, constitue une alternative à cette conception unitaire du temps, dont on peut d’ailleurs montrer les liens avec la culture occidentale moderne. Cette pluralité ne renvoie pas seulement à l’idée qu’il existe plusieurs rythmes sociaux, différents selon les personnes et leurs activités, à l’intérieur d’un Temps universel qui continuerait d’encadrer ces activités, sorte de rouleau compresseur imperturbable ou de fleuve tranquille à l’abri de l’agitation humaine. Elle est bien plutôt le fruit d’une critique fondamentale de la nécessité de penser exclusivement dans les termes d’un temps fléché, ordonné, divin, archimédien, inhumain, fondateur, qui va de l’avant vers l’après en passant par le présent / la présence. La  » mort  » de ce Temps universel permet en retour de faire voir le foisonnement des autres temps : mémoire, temps mythiques, temps subjectifs, mais aussi temps racontés, imaginés, imposés, bricolés, volés, cachés, oubliés, éclatés, etc.  » Le  » temps n’existe en fin de compte pour les être sociaux qu’à travers la médiation d’artefacts symboliques (matériels ou discursifs) fabriqués par l’action humaine qui se construit, se raconte, se met en histoire, bref qui se  » re-présente « . Les textes rassemblés dans cet ouvrage reprennent sous différents aspects cette critique du temps universel et homogène au profit d’une mise en valeur de la pluralité des temps sociaux, en analysant des formes diverses de construction sociale du temps.

Sous la direction de Florence Piron et Daniel Arsenault, ce livre réunit des textes de Jean-François Côté, Marie-Andrée Couillard et Ginette Côté, Bogumil Jewsiewicki, Gilles Labelle, Jean Lamarre, Benoît Laplante et Jean Renaud, Isabelle Lasvergnas, Jean-Claude Martin et Raymond Baril, Daniel Mercure, Andreas Motsch, Gilles Pronovost, Yvan Simonis et Valerio Valeri.

Publié aux Éditions du Septentrion
ISBN 2-89448-061-X, 1996
274 pages, 25 $