Sous la direction de
Julie Hyland, Larbi Touaf et Soumia Boutkhil
La violence à l’oeuvre
Préface de François Paré.
Post-scriptum d’Isabelle Jubinville et Gaétan Soucy
Philip Adarnek, Soumia Boutkhil, Gérard Bucher, Stéphane Gilbeaulr, Julie Hyland, Antoine J. Polgar, Larbi Touaf

Les études qui composent ce recueil ont toutes pour principe que la violence, consciente et délibérée, est une caractéristique fondamentale des sociétés humaines. Parce qu’elle est médiatisée par le langage, la violence meurtrière, parfois tout à fait explicite, parfois nettement insidieuse, diffère alors de l’agression animale et des événements cataclysmiques qui sont en jeu dans le monde naturel. Si la violence est fondamentale aux rapports entre les humains, elle nous apparaît souvent par contre comme un phénomène hors-nature, c’est-à-dire inscrit dans le champ des discours sociaux et de leur interprétation.
François Paré

En collaboration avec Le soi et l’autre et la Chaire de recherche du Canada en esthétique et poétique.

Les cahiers du CELAT / UQÀM
Publié par le CELAT / UQÀM
ISBN 2-920576-68-2, 2002
145 pages
Prix 15,00 $