Sous la direction de
Marie Carani
Des lieux de mémoire
Identité et culture modernes au Québec
(1930-1960)
La période historique moderne qui précède la Révolution tranquille au Québec est demeurée jusqu’à maintenant assez peu documentée et rarement discutée par les nombreux spécialistes des arts visuels : historiens d’art, sémioticiens de la culture, sémiologues visuels, critiques d’art, muséologues. Les luttes et les débats socioculturels qui accompagnent, entre 1930 et 1960, l’émergence, le triomphe et les premières contestations du duplessisme sont restés trop longtemps tus ou occultés. Aujourd’hui, au cœur des années 1990, la prise en main de ces différents lieux de mémoire s’impose comme une tâche primordiale.

Le colloque organisé par le CELAT au Musée des Beaux-Arts de Montréal en octobre 1993 a été l’occasion d’explorer l’éveil, l’élaboration comme la constitution de l’identité et de la culture modernes québécoises. Des orientations identitaires, des courants et des pratiques culturelles, ainsi que différentes modélisations et interprétations du fait artistique, ont été abordés et étudiés à partir d’une diversité de points de vue, de démarches opératoires et d’analyses ponctuelles, dans la perspective d’une meilleure compréhension de cette période de mutation profonde pour la société québécoise.

Avec la participation de Chantal Boulanger, Francine Couture, Louise Déry, Yves Deschamps, Jean Fisette, Louis Francoeur, François-Marc Gagnon, Michèle Grandbois, Lise Lamarche, jean Lauzon, Jocelyne Lupien, Nycole Paquin, Fernande Saint-Martin, Esther Trépanier et le Collectif GRESAC.

Publié aux Presses de l’Université d’Ottawa
ISBN 2-7603-0383-7, 1995
240 pages, 25,00 $