Michaël La Chance
Capture totale.
MATRIX, mythologie de la cyberculture
A partir de quelques films cultes du cinéma de science-fiction et des jeux vidéo, à partir d’une réflexion philosophique sur la contestation de la réalité par les nouveaux régimes de l’image, Capture totale: Matrix, mythologie de la cyberculture observe l’émergence d’une mystique du calcul qui se transforme en cauchemar eugénique. La technologie, d’abord instrument de surveillance et de contrôle, devient une religion lorsque la recherche de la réalité nous fait plonger dans de nouveaux imaginaires de la connectivité. Lorsque le réel est devenu un cinéma permanent dont les cerveaux sont les écrans, il semble que la seule issue possible soit la dissolution dans le flux numérique. Autre issue envisageable: un cyber-terrorisme qui cible les grandes corporations, une rébellion tous azimuts contre l’Etat dénoncé comme illusion. Chaque génération aura posé la question à sa façon, à l’occasion d’un ouvrage philosophique ou d’un roman: et si notre réalité n’était qu’une illusion? Aujourd’hui nous rencontrons cette interrogation au cinéma et dans les productions de la cyberculture (jeux vidéos, arts technologiques, etc.). En prenant appui tout particulièrement sur la trilogie Matrix, cet ouvrage dessine les contours de la nouvelle mythologie de notre temps, celle qui relie nos expériences de la simulation et une connectivité infinie.

Biographie de l’auteur
Michael La Chance, essayiste et poète, est professeur en histoire et théorie de l’art, directeur du Centre d’exposition et responsable des arts numériques à l’Université du Québec à Chicoutimi. Il est membre du comité de rédaction de la revue Inter Art Actuel et chercheur membre du CELAT. Ses ouvrages récents traitent des rapports entre la photographie et la censure, les arts et la politique. Son intérêt pour la cyberculture date de la fin des années 1980 où il a participé à la recherche en intelligence artificielle.

Publié par les Presses de l’Université Laval
ISBN: 2-7637-8304-X, 2006
199 pages