Geneviève Godbout

photo geneviève

Contact: ggodbout@tmhc.ca

Financement: CRSH, Bourse postdoctorale

Biographie
Geneviève Godbout est une archéologue et post-doctorante du CRSH au CELAT. Elle s’intéresse à la culture matérielle de l’alimentation et aux manières dont les habitants du monde colonial socialisent au XIXe siècle, dans le contexte de l’esclavage et du travail industriel. Depuis 2006, Geneviève a développé et participé à de nombreux projets sur les politiques de la table et leurs discours civilisant à travers le paysage l’Atlantique colonial, de Terre-Neuve aux Caraïbes, en passant par le Québec, l’Ontario et la Louisiane.

Au CELAT, Geneviève développe un nouveau projet qui aborde l’alimentation et la vie sociale des travailleurs Noirs de Toronto durant la seconde moitié du XIXe siècle, une période marquée tant par l’émergence de la Confédération Canadienne que par l’accueil, avant 1865, de réfugiés de l’esclavage venus des États-Unis. Le projet situe son terrain d’enquête au croisement de l’archéologie urbaine et de l’étude des effacements historiques, puisant aux collections mises au jour en 2015, lors de la fouille du quartier ouvrier St. John’s Ward par Timmins Martelle Heritage Consultants. Ces collections sont étroitement liées aux premiers résidents Africains Canadiens de Toronto, dont plusieurs étaient des réfugiés Américains ou leurs premiers descendants. Le projet s’appuie sur les travaux menés par Geneviève au sujet de la transformation des régimes de travail et de la vie sociale dans les Caraïbes aux lendemains de l’Abolition de l’esclavage (1834), particulièrement à la plantation sucrière Betty’s Hope d’Antigua.

Geneviève détient un Baccalauréat en Archéologie de l’Université Laval, une maîtrise de l’Université Memorial et un doctorat de l’Université de Chicago, qui lui ont permis de développer une expertise en analyse de collections archéologiques, en recherche archivistique, et en rédaction bilingue. Elle a présenté ses recherches dans de nombreux colloques et publications, ainsi qu’à travers un projet de photographie multidisciplinaire. Elle oeuvre à titre d’analyste en culture matérielle pour Timmins Martelle Heritage Consultants depuis 2019.