Parution de l’ouvrage collectif Accéder à soi. Accéder à l’autre – Véronique Guèvremont, Ivana Otasevic et Hélène Giguère

La Chaire UNESCO sur la diversité des expressions culturelles vient de lancer l’ouvrage collectif Accéder à soi. Accéder à l’autre. La Convention de l’UNESCO de 2005, les politiques culturelles et l’intégration des migrants, qui fait suite à la journée d’étude du même nom (Université Laval, 2019).

Sous la direction de Véronique Guèvremont (CELAT), Ivana Otasevic (CELAT) et Hélène Giguère (CELAT), le livre a été réalisé grâce au soutien financier du CELAT et de la Fondation de la famille Birks, dans le cadre d’un programme de recherche sur les expressions culturelles des migrants et leur intégration au sein des sociétés québécoise et canadienne.

L’ouvrage comprend notamment des contributions de plusieurs membres du CELAT : Allison Bain, Pascale Bédard, Danièle Bélanger, Hélène Giguère, Véronique Guèvremont, Ève Lamoureux, Katharina Niemeyer, Ivana Otasevic et Francine Saillant.

Extrait : « Cet ouvrage se trouve ainsi à la croisée de ces réflexions, d’une part, sur ce que devrait ou pourrait être une politique énergique en matière d’intégration des migrants qui se déploierait dans le secteur de la culture et, d’autre part, sur la manière de mettre en œuvre la Convention de 2005 en vue de promouvoir les expressions culturelles des migrants, tout en tenant compte de leurs besoins particuliers. Le but de cet ouvrage sur “La Convention de l’UNESCO de 2005, les politiques culturelles et l’intégration des migrants” consiste notamment à jeter un regard sur les efforts qui ont jusqu’à présent été déployés au Québec pour faire de la culture un levier d’intégration des migrants et sur les enjeux auxquels les pouvoirs publics et la société civile sont confrontés dans la poursuite d’un tel objectif. Considérant le fait qu’au Québec, plus de 13% de la population se considère être ou avoir été un immigrant, la valorisation des expressions culturelles de cette importante partie de la population parait indispensable à la cohésion sociale et au respect mutuel entre les différentes cultures qui composent aujourd’hui la société québécoise. » (Véronique Guèvremont, « Mobiliser la Convention de 2005 au profit des expressions culturelles des migrants en vue de favoriser leur intégration : premières réflexions, premiers élans », p. 5)

Découvrez l’ouvrage.