Documentaire Anne Jarrigeon – Toute chose égale par ailleurs

Toute chose-1
Dans le cadre de la journée d’étude « Expériences et expressions de la mobilité dans l’espace et le temps. Les paradigmes actuels de la visualité » organisée par Célia Forget (CELAT) et Magali Uhl (CELAT), Anne Jarrigeon, conférencière internationale du CELAT, maîtresse de conférence en urbanisme à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, présentera son dernier documentaire « Toute chose égale par ailleurs« , réalisé en 2018, lundi 29 octobre 2018 à 13h. École des arts visuels, édifice La Fabrique, salle 3153, Université Laval, 295, boulevard Charest-est, Québec.

TOUTE CHOSE EGALE PAR AILLEURS

documentaire, 60 min, 2018
Réalisation  : Anne Jarrigeon
Montage  : Cécile Perlès
Prise de son : Clara Beaudoux et Anne Jarrigeon
Mixage : Mikael Kandelman

Plus courts, plus fréquents, plus complexes, réalisés à des vitesses plus lentes et à des horaires particuliers, les mouvements des femmes dans la ville ont leurs caractéristiques propres qui dépassent la seule question du harcèlement dans les transports. La mobilité est l’une des plus anciennes revendications de celles qui ont si longtemps dans l’histoire été assignées à résidence. Sortir pour les femmes met en mouvement leur condition, donne à voir ses composantes, révèle à la fois des entraves et leur contournement. Mais la mobilité ne se réduit pas aux seules séquences de déplacements : elle s’organise dans des configurations contraintes. Anticipation, renoncements, multiples ajustements temporels et corporels composent le quotidien mobile qu’explore ce film.

Réalisé dans le cadre d’un programme de recherche intitulé Le(s) Pari(s) du genre qui explore à Paris les possibles d’un monde urbain post-sexiste, Toute chose égale par ailleurs entrelace plusieurs approches de la mobilité des femmes, de la saisie de l’expérience sensible à son abstraction quantifiée. Des chercheuses dialoguent sur la manière d’interpréter les statistiques publiques disponibles pour Paris et sa banlieue.

Quatre femmes s’apprêtent à franchir leur seuil de chez elles.