Décès de Régine Robin, membre émérite du CELAT

@Marie-France Coallier, Le Devoir, 2020

Le CELAT perd une de ses plus illustres intellectuelles. Le 3 février 2021, Régine Robin nous a quittés, laissant derrière elle une oeuvre remarquable de laquelle grand nombre de nos membres se sont inspirés et à travers laquelle la relève trouvera une façon de penser et d’écrire à la fois franche et réfléchie sur des sujets aussi divers que la mémoire, l’identité et l’altérité, l’appartenance, les nationalismes, la transculture, les mégapoles et les écritures migrantes.

Jusqu’à la fin de sa vie, elle a continué à écrire et cultiver nos réflexions. Son dernier ouvrage Ces lampes qu’on a oublié d’éteindre, sorti en 2019 aux Éditions Boréal, nous invite d’ailleurs à revisiter les oeuvres de Patrick Modiano.

Elle est partie flâner ailleurs et nous la remercions de son passage parmi nous. Nos plus amicales pensées sont adressées à ses proches.

Pour découvrir ou redécouvrir son oeuvre, nous vous invitons à consulter sa page de membre émérite du CELAT, Centre qu’elle a rejoint dès 1999.

Voici plusieurs hommages qui lui sont rendus :