Création de la Chaire de recherche en dramaturgie sonore au théâtre – 15 mars 2017, LANTISS, Université Laval

Dans le cadre du premier colloque étudiant du Regroupement des Arts de la Scène et de l’Écran de l’Université Laval ( RASE),
La chaire de recherche en dramaturgie sonore au théâtre de l’UQAC présente sa dernière recherche-création :

Phonographie Mobile : Charles Buckell
ou
Le territoire de mon grand-père du coté de ma mère pis en même temps le territoire de mon père pis de mon grand-père pis de ma grand-mère du côté de mon père                                                                                                                                                              

MERCREDI LE 15 MARS 2017, 16H30
Studio 1 au LANTISS
GRATUIT                                                                                                                                                  

                                                                                                                                                        L’événement s’inscrit dans le festival de Théâtre de l’Université Laval (FTUL). https://www.facebook.com/events/187189958436813/

La présentation sera suivie d’une communication autour du processus créatif et d’une discussion avec le public.

Description de la recherche création :
Pour favoriser une évolution de la dramaturgie sonore au théâtre basée sur l’environnement, la technologie mobile et l’expérience des corps, nous avons engagé une recherche création sur la notion de phonographie et sa transduction scénique.

Ce projet s’est structuré en deux étapes principales : une exploration immersive dans un environnement spécifique guidée par une personne en lien avec cet environnement et sa transduction qui remet en jeu cette même personne et son environnement à travers une forme artistique.

Ici Charles Buckell nous a transportés aux abords de la rivière Chigoubiche dans le parc de Chibougamau. Pendant deux jours, nous l’avons écouté nous « former » à son territoire, ou plutôt nous former à la question que représente aujourd’hui pour lui, jeune artiste, son territoire familial et culturel (de la communauté ilnue de Mashteuiastsh) et celui de son devenir empreint de sa tradition. Nous avons capté du son et des images, ramassé quelques objets. Nous nous sommes imprégnés de cet événement que généreusement Charles nous a offert.
De retour à l’UQAC, Charles « formateur » est devenu « acteur en formation », c’est-à-dire en processus de création. Depuis nos archives, avec lui, nous avons cherché une transduction de notre immersion. Il ne s’agissait pas de créer un documentaire. Nous voulions prolonger notre état d’écoute en action d’écoute. C’est là que le concept de phonographie nous est apparu pertinent. D’un côté, la phonographie se rapproche du field recording dans le sens où elle consiste à mettre en valeur des sons plutôt que de les inventer, de l’autre, elle est aussi une création, une écriture qui concerne davantage un savoir écouter plutôt qu’un savoir-faire (Ripault, 2007).

En ce sens, notre recherche sonore replace la faillibilité du sujet dans l’événement sonore (défaillance de la technologie, défauts de manipulation, commentaires inopinés…). On pourrait dire qu’à travers sa captation, Phonographie mobile rejoint l’événementiel, le faire et le montrer faire d’une démarche performative qui influe et renouvèle la conception des autres composantes scéniques (le jeu, le texte, la scénographie, la lumière, l’image vidéo).

Pour cette recherche-création, notre équipe est composée de : Charles Buckell (acteur, auteur), Chantale Boulianne (scénographe), Andrée-Anne Giguère (vidéaste), Guillaume Thibert (concepteur sonore) et Jean-Paul Quéinnec (auteur et directeur du projet) assisté de Christine Rivest-Hénault (archive et écriture).