KATHARINA NIEMEYER

« Retour à la liste des membres

Professeure adjointe à l’École des médias de l’Université du Québec à Montréal (UQAM)

École des médias

Université du Québec à Montréal
Pavillon Judith-Jasmin, local J-1470
405, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (Québec) H2L 2C4 Canada

Téléphone : 514 987 3000 poste 4146
Courriel : niemeyer.katharina@uqam.ca

Katharina Niemeyer est professeure en théories médiatiques à l’École des médias (UQAM) et s’intéresse aux relations qu’entretiennent les médias avec la mémoire et l’histoire.

Dans ses recherches et publications elle explore actuellement la culture vintage/rétro et les usages médiatiques, politiques et marchandisés du passé allant de l’information à la fiction et de la télévision aux communautés en ligne. Dans ce contexte spécifique elle s’intéresse notamment à la place qu’occupe la nostalgie dans les productions, pratiques et et contenus médiatiques. Ce sont également les événements médiatiques (internationaux) qui font partie de ses travaux de recherche; plus particulièrement avec un focus sur le direct (live-broadcast), les commémorations et les transformations/extensions de l’événement dans la culture populaire, la fiction et dans les pratiques artistiques. Elle est membre de la rédaction de la revue Memory Studies (SAGE) et membre de la direction du Historical Journal of Film, Radio and Television. En 2015, elle a co-fondé le « International Media and Nostalgia Network » afin d’explorer avec des collègues la question des pluralités nostalgiques dans une perspective transnationale. Depuis la traduction d’un texte de Jean Baudrillard (Das Ereignis, Verlag der Bauhaus-Universität Weimar) et une interview réalisée en 2004 avec le philosophe (publiée en 2007 après sa disparition), elle est active dans l’association Cool Memories. Katharina Niemeyer a été Maitresse de conférences à l’institut français de presse (Université Paris 2, France) entre 2012 et 2017, chercheuse invitée à McGill (février-juin 2017) et elle a enseigné entre 2006 et 2012 à l’université de Genève en Suisse où elle a également obtenu son doctorat en 2009 en co-direction avec l’université Lyon 2. Cette thèse portait sur le lien entre médias, mémoire et histoire et plus précisément sur le traitement médiatique et la mise en récit (du direct télévisuel à la commémoration) de la chute du mur de Berlin et du 11 Septembre 2001 dans les journaux télévisés allemands, américains et français. Auparavant elle a étudié à l’Université de Bauhaus à Weimar en Allemagne et à l’Université Lyon 2 où elle a obtenu le diplôme de double-maitrise « Culture européenne des médias » en 2003; avec un travail portant sur les médiasphères du terrorisme.