JENNIFER CARTER

« Retour à la liste des membres

Professeure titulaire au département d’histoire de l’art de

l’Université du Québec à Montréal (UQAM)

Département d’histoire de l’art

Université du Québec à Montréal
Pavillon Judith-Jasmin, local DS-3563
405, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (Québec) H2L 2C4 Canada

Téléphone : 514 987-3000, poste 0885
Télécopieur : 514 987-6625
Courriel : carter.jennier@uqam.ca

Jennifer Carter est muséologue et historienne de l’art et de l’architecture. Elle est titulaire d’un doctorat en histoire et théorie de l’architecture de l’Université McGill, d’une maîtrise en histoire de l’art (School of the Art Institute of Chicago), et d’un baccalauréat (Honours) en histoire de l’art de l’Université McGill. Sa recherche porte sur l’histoire et les théories des musées, l’architecture des musées et la scénographie des expositions, ainsi que sur la muséologie des droits de la personne. Elle a travaillé au sein des musées et archives au Canada, notamment au Centre Canadien d’architecture, au Musée des Beaux-Arts de l’Ontario, et au Canadian Architecture Collection (McGill). À titre de commissaire, elle a organisé plusieurs expositions, dont Drawing from Ideas, Building from Books : Architectural Treatises in the McGill University Library, Women and Homelessness, et Safdie’s Sixties: Looking Forward to Looking Back. Elle a été professeure en études muséales à la Faculté de l’Information à l’Université de Toronto de 2008 à 2011 avant de se joindre au Département d’histoire de l’art à l’UQAM.

Elle oriente ses recherches sur les relations entre la représentation, la défense des droits, la justice sociale, l’architecture, et la scénographie. Elle s’intéresse surtout à la façon dont ces pratiques influencent les institutions culturelles qui les encadrent, notamment les musées et les établissements du patrimoine culturel, et dont ces institutions les influencent en retour. Elle souhaite voir interpréter le terme « architecture » dans son sens le plus large (littéral autant que métaphorique), soit aussi bien en relation avec l’environnement bâti qu’en tant que cadre conceptuel de compréhension des fondements théoriques de nouveaux modes de représentation.

Jennifer Carter cultive actuellement un nouveau champ de recherche, sur la muséologie des droits de la personne, un domaine de pratique émergent qui allie les pratiques de la muséologie traditionnelle à des formes d’activisme civique et social. Cette recherche étudie notre culture des droits de la personne et sa relation avec la muséologie, et fait valoir que différentes approches muséologiques de la représentation et de la défense des droits de la personne peuvent affecter de futures interprétations concrètes de ces droits dans d’autres secteurs sociaux.