Journée d’étude

Accéder à Soi. Accéder à l’Autre

La Convention de l’UNESCO de 2005, la liberté artistique et l’inclusion des personnes migrantes dans les sociétés démocratiques

14 et 15 avril 2021, de 9 h à 11 h 30, sur Zoom
L’inscription, gratuite, est obligatoire.

Présentation des objectifs

La Chaire UNESCO sur la diversité des expressions culturelles, la Chaire UNESCO pour les droits de l’homme et la démocratie, l’Observatoire de la diversité et des droits culturels et le CELAT, Centre de recherches Cultures – Arts – Sociétés, s’unissent pour organiser une journée d’étude sur La Convention de l’UNESCO de 2005, la liberté artistique et l’inclusion des personnes migrantes dans les sociétés démocratiques.

Dans son rapport phare de 2013 sur le droit à la liberté d’expression artistique et de création, l’ancienne Rapporteuse spéciale des Nations Unies dans le domaine des droits culturels, Farida Shaheed, a écrit que « [l]a vitalité de la création artistique est nécessaire au développement de cultures vivantes et au fonctionnement des sociétés démocratiques. Les expressions artistiques et la création font partie intégrante de la vie culturelle ». Cette journée d’étude permettra d’explorer et de préciser les droits qui doivent être protégés et promus afin que les personnes migrantes jouissent d’une pleine liberté artistique au sein de leur société d’accueil. Elle constituera une occasion d’identifier les instruments juridiques internationaux et les législations nationales qui peuvent être mises en œuvre afin de protéger cette liberté artistique. La journée d’étude permettra également de discuter des divers défis auxquels sont confrontés les artistes migrants et les personnes qui cherchent à exprimer leur créativité et de réfléchir aux leviers autres que juridiques qui sont à la disposition des États, de la société civile et d’autres acteurs pour satisfaire et promouvoir leur liberté artistique.

Cet événement s’inscrit dans le sillage de la première journée d’étude portant sur La Convention de l’UNESCO de 2005, les politiques culturelles et l’intégration des migrants, qui s’est tenue à l’Université Laval le 12 décembre 2019, et du forum Les droits des exilés, organisé en ligne le 26 novembre 2020.

Captations filmées des tables-rondes à venir

  • À venir
Synthèses des tables-rondes

  • À venir

BIOGRAPHIE DES PARTICIPANTS

CONSULTEZ LE PROGRAMME COMPLET

La Convention de l’UNESCO de 2005, les politiques culturelles et l’intégration des migrants

12 décembre 2019
Université Laval, local 3452, pavillon La Laurentienne

Affiche_Journée_étude_version_finale
Présentation des objectifs

Le CELAT, Centre de recherches Cultures – Arts – Sociétés, et la Chaire UNESCO sur la diversité des expressions culturelles s’unissent pour organiser une journée d’étude sur les politiques culturelles et l’intégration des migrants, toutes constitutives d’un meilleur vivre-ensemble.

Les Parties à la Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles de 2005 reconnaissent que « [l]a diversité culturelle crée un monde riche et varié qui élargit les choix possibles, nourrit les capacités et les valeurs humaines. […] La diversité des expressions culturelles […] permet aux individus et aux peuples d’exprimer et de partager avec d’autres leurs idées et leurs valeurs ». Au titre de cette Convention, le Québec et le Canada se sont notamment engagés à encourager les individus et les groupes, y compris les personnes appartenant aux minorités, à créer, produire, diffuser, distribuer et accéder à leurs propres expressions culturelles, en tenant compte de leurs conditions et besoins particuliers. Les migrants devraient ainsi pouvoir bénéficier des mesures de protection et de promotion de la diversité des expressions culturelles mises en oeuvre conformément à la Convention de 2005. De telles mesures pourraient même être jugées nécessaires au respect de leurs droits culturels et de leur identité.

Dans ce cadre, les Parties devraient être amenées à identifier les mesures à mettre en oeuvre pour promouvoir spécifiquement les expressions culturelles des nouveaux arrivants. Cette promotion et valorisation de leur culture pourraient favoriser leur intégration et le dialogue avec la communauté d’accueil, et de ce fait, renforcer la cohésion sociale. Malheureusement, la contribution positive des migrants à l’épanouissement de la diversité des expressions culturelles sur le territoire d’un État n’est pas fréquemment mise en valeur. Elle tend même à être occultée par des courants de pensée ou phénomènes de sociétés qui alimentent la méfiance, voire l’animosité.

Pour contrer cette tendance, il y a donc lieu d’explorer le potentiel que véhiculent les politiques culturelles comme nouvel outil d’intégration des migrants. Non seulement de telles politiques pourraient-elles favoriser l’atteinte des objectifs de la Convention de 2005 et de certains objectifs de développement durable à l’horizon 2030, mais elles pourraient surtout s’avérer indispensables à la pleine réalisation des droits et libertés fondamentaux des nouveaux Québécois et Canadiens, tel leur droit de participer à la vie culturelle de leur communauté ou leur droit au respect de leur identité culturelle. De telles politiques leur permettraient aussi d’accéder plus facilement à la vie culturelle de la société qu’ils intègrent.

Captations filmées des tables-rondes à venir

  • Mots de bienvenue
  • Introduction de la journée
  • Table 1 : La participation des migrants à la vie culturelle de la société d’accueil
  • Table 2 : Le statut des artistes migrants dans les sociétés d’accueil
  • Table 3 : L’accès à l’autre
  • Table 4 : La composition d’un nous
  • Mots de clôture

BIOGRAPHIE DES PARTICIPANTS

CONSULTEZ LE PROGRAMME COMPLET